ACTUALITES SPORT ECONOMIE POLITIQUE MONDE FOCUS TRIBUNE العربية
ACTUALITES
SPORT
ECONOMIE
POLITIQUE
MONDE
FOCUS
العربية

 

Notre Mauritanie, notre Identité

Par Hamath Athie,
President de l’alliance citoyenne pour une Mauritanie nouvelle (ACMN).

Oui la Mauritanie est notre habitation commune, Il est donc essentiel, pour participer à l’édification de la Mauritanie ouverte, plurielle et solidaire, de développer et d’assumer constamment et sans faiblesse la culture du dialogue comme chemin à parcourir ; la collaboration comme conduite ; la connaissance réciproque comme méthode et critère. C’est ce chemin que nous sommes appelés à parcourir sans jamais nous fatiguer, pour nous aider à dépasser ensemble les tensions et les incompréhensions, les masques et les stéréotypes qui conduisent toujours à la peur et à l’opposition ; et ainsi ouvrir le chemin à un esprit de collaboration fructueux et respectueux. Il est en effet indispensable d’opposer au fanatisme et au fondamentalisme la solidarité de tous les mauritaniens et mauritaniennes, ayant comme références inestimables de notre agir les valeurs qui nous sont communes.
Au sein de chaque société on rencontre une juxtaposition d’espaces de parentés au sens large, de coutumes et d’usage qui s’enracinent dans un imaginaire social auquel elles donnent sens. Il ne s’agit pas de les renier .il ne s’agit pas de demander aux gens habillez vous autrement , manger autrement, n’appréciez plus telle ou telle musique, telle ou telle compagnie , reniez vos ancêtres, vos langues vos dialectes. Non il ne s’agit pas de cela. Il ne s’agit pas d’uniformiser et de niveler ces subjectivités culturelles..
L’espace à socialiser c’est à dire à partager est autre . Il transcende et enveloppe tous ces espaces particulier dont il vient d’être fait mention. Il est plus vaste car propriété et creuset pour tous. C’est le puit central , la source avant ramifications où chacun doit avoir le droit de s’y abreuver et l’obligation d’y veiller.
Un espèce qui exige de la part de chacun et de tous étant entendu que la totalité n’est pas la somme de ses parties , qui exige qu’il soit gérė de manière à ce que chacun puisse avoir le sentiment qu’il est sien. Autrement dit qu’il s’y sente égal à tous , libre comme tous , ayant les mêmes chances que tous et surtout frère de tous.
Cet espace commun c’est notre Mauritanie.
Une Mauritanie qui ne saurait maturer et se perpétuer à moins qu’on y cultive des valeurs qui sans porter préjudices à nos spécificités, nous fédèrent autour de plus important , de plus inclusif, de plus anonyme:, je me répète une identité servie par la liberté, l’égalité, le partage et la fraternité..
La concorde et la libre interpénétration sont à ce prix.
Son caractère pacifiste et son hospitalité légendaire , notre peuple surmontera toutes ses difficultés . Nous sommes tous décidés a défendre notre pays contre tous ceux qui cherchent la déstabilisation de notre cher pays . Serrons nos rangs pour mettre la Mauritanie sur les rails de la stabilité , le développement et le progrès … Ayons la volonté et nous y arriverons sûrement.
Il est souhaité cependant un volontarisme étatique qui initie des politiques et stratégies privilégiant plus d’égalité, de liberté , de justice et de partage; question de couvrir rapidement la distance qui nous sépare de la maturité de l’État et de la Citoyenneté.
Vu le caractère très récent de notre expérience d’État nation, c’est la voie qui nous convient le plus. Il faudrait cependant que la paix règne dans nos cœurs, que les injustices se réparent et que nous nous regardons tous comme se regardent les membre d’une même famille dans la maison familiale. Cette famille nous la construirons par l’apprentissage et l’interpénétration de nos langues, par la maitrise de nos cultures et par la mixité sociale (les alliances et les mariages interethniques, interraciales, comme c’était le cas bien avant l’independance.
Ce sont nos enfants qui par le métissage culturel, ne pourront plus développer un quelconque rejet de leur identité, car ce serait un rejet de soi-même.
Quel bonheur si mon enfant, maitrisait à côté du Hassania, le Peul, le Wolof et le Soninké, ou l’essentiel de l’une de ces langues. Ressentir bien en son être, ce que veut dire respecter une langue et une culture, surtout quand elle est celle de son pays et de ses frères de destinée.
Nous sommes persuadés que le changement de comportement et de mentalite fairont les miracles et qu’avec cet engagement, nous finirons par créer le logiciel qui sied pour cette nation, il suffit de s’armer de patience et de courage.