ACTUALITES SPORT ECONOMIE POLITIQUE MONDE FOCUS TRIBUNE العربية
ACTUALITES
SPORT
ECONOMIE
POLITIQUE
MONDE
FOCUS
العربية

 

Communiqué de presse de la banque mondiale.

NOUAKCHOTT, 26 février 2021

Suites aux récents articles de presse faisant état des manifestations à la plaine de Koylal dans le sud de la Mauritanie, la Banque mondiale exprime ses préoccupations au sujet des questions foncières soulevées par les manifestants et les implications liées aux travaux de réhabilitation de 25ha au profit de la coopérative d’Ibn Khaldoum (village de Ferallah), dans le cadre du projet d’appui à l’initiative pour l’irrigation au Sahel. Une mission de la Banque mondiale sera déployée dans les prochains jours afin de recueillir les informations nécessaires auprès de toutes les parties concernées au sein de la communauté. La Banque mondiale tiendra compte de ces informations dans son dialogue avec le gouvernement mauritanien.
La Banque mondiale rappelle que la protection des droits des communautés ainsi que la préservation de l’environnement occupent une place centrale dans ses activités liées à des projets d’investissement.

Couverture médiatique: enjeux professionnels et éthiques

Couverture médiatique: enjeux professionnels et éthiques »: séries de sessions de formations organisées par la hapa.

Avec l’avènement d’internet la couverture médiatique traditionnelle par le journaliste semble prendre un tournant qui lui impose désormais de tenir compte de la concurrence décisive qui s’opère avec la naissance des réseaux sociaux, le public est désormais impliqué. En effet chaque citoyen peut devenir « un journaliste »: les blogueurs, ,le Web interpelle les valeurs et les pratiques du journalisme! Alors on est appelé à se poser des questions:qu’est-ce que le journalisme ? Qui est journaliste ? Ces questions se posaient certes déjà avant l’avènement d’Internet aujourd’hui elles se posent avec une acuité nouvelle. Les journalistes perdent plusieurs de leurs privilèges. Des procédures de leur métier sont remises en cause. Leur déontologie et éthique doivent s’adapter. Les barrières corporatistes sont inopérantes. Sur le Web, le journalisme est une activité plus ouverte que jamais, la liberté de l’information est un bien com­mun en démocratie et le partage des responsabilités entre journalisme et public permet d’ouvrir sur une éthique participative.

ASDEIDA

Journalisme en période électorale

Journalisme en période électorale

Ahmed Salem Deida – Ce quatrième pouvoir entre les mains du journaliste ne doit s’exercer ni en faveur d’un gouvernement, ni en faveur d’un parti politique, ni en faveur d’une personne en particulier, mais uniquement envers les citoyens qui exercent à travers lui le droit à la liberté d’expression, multiples pressions sont exercées en période électorale.

1.Par le gouvernement quand le processus démocratique est encore faible.
2.Par les partis politiques pour obtenir une couverture médiatique favorable.
3.Par l’employeur ou propriétaire d’un media, d’un proche d’un candidat pour imposer sa ligne éditoriale.

Le journaliste doit se rappeler toujours que :

La déontologie composée d’un ensemble de règles morales-son éthique- qui gèrent la conscience professionnelle du journaliste, est son seul outil de résistance. Pour être considérée comme professionnelle une information doit être exacte, vérifiée, équilibrée, neutre et respectueuse de la dignité humaine.

Dans tous les cas et quel que soit le contexte sociopolitique en présence le journaliste doit toujours privilégier l’intérêt supérieur du citoyen.

La télévision de service publique

La télévision de service publique
1.le principe d’universalité, en termes techniques et en termes de contenus : permettre à l’ensemble de la population d’accéder à leur programme dans des conditions égales.
2.Large éventail varié et équilibré de contenu, parmi lesquels notamment l’information, l’éducation, la culture, le divertissement, le sport, afin de rassembler à travers ses programmes, le public le plus large possible.
3.la diversité culturelle et linguistique élément fondamental dans la grille des programmes.
4.Défendre les valeurs morales et politiques qui sont à la base de toute société civilisée.
5.Promouvoir le pluralisme, la démocratie, de rejeter toute atteinte à la dignité humaine, de promouvoir l’égalité entre les hommes.
6.Contribuer au développement et à la promotion du pluralisme et de la démocratie par la diffusion de l’information, des échanges culturels, l’intégration sociale et le débat des idées.
7.Garantir sa mission d’indépendance et de pluralisme de l’information.

Quels rôles pour nos médias ?

Quels rôles pour nos médias ?

nos médias doivent s’atteler à des stratégies globales de développement, adaptées aux attentes, aux besoins et aux goûts des téléspectateurs qui se désintéressent le plus souvent de sa chaîne quand elle est pauvre en programmes et quand elle a recourt aux expédients (plages musicales, rediffusion de programmes).
Leur nouveau statut, leur mode de gestion et le renforcement de leur autonomie ne devraient pas signifier un désengagement pur et simple de l’État, qui doit en toute logique continuer d’assurer un financement stable et durable pour leur permettre d’accomplir leur (coûteuse) mission de service public. Les médias publics doivent s’engager, sur la base de cahier de charge clair et précis et à remplir la mission qui leur incombent dès lors qu’elles exigent ce financement, par une nouvelle prestation tant sur la qualité que le contenu et surtout s’ouvrir aux opinions plurielles qui émanent des partis politiques, de la société civile et agir ainsi sur la vie politique, les mœurs et les idées.

Quelques idées sur la régulation de l’espace audiovisuel en Mauritanie

Quelques idées sur la régulation de l’espace audiovisuel

Dans une démocratie, la régulation en matière de presse s’impose pour un certain nombre de raisons :
1. La préservation de la liberté de presse
2. Le respect du droit à l’information des citoyens
3. Le respect du pluralisme de l’information
4. La sauvegarde du service public ;
5. Le respect des règles déontologiques
6. La promotion de la diversité culturelle et linguistique
7. L’exploitation du marché publicitaire
8. Le respect de la législation.

L’autorité doit proposer au président de la république une liste de candidats pour désigner les responsables des médias publics et non le contraire.
Cette approche permet de soustraire les responsables des médias publics des influences politiques et administratives et par la même occasion de renforcer le pouvoir de l’autorité de régulation

La régulation doit bénéficier d’une certaine légitimité qui repose sur son acceptation par l’ensemble des acteurs.
Si elle est perçue comme une structure administrative « gouvernementale », elle ne trouvera pas l’accueil favorable auprès des medias sensés garantir l’information aux citoyens ni d’ailleurs auprès des citoyens et de la société civile sensés être des observateurs du pluralisme de l’information.
L’autorité de régulation, pour sa crédibilité, doit jouir pleinement de son indépendance dans la gestion quotidienne de l’espace médiatique.