ACTUALITES SPORT ECONOMIE POLITIQUE MONDE FOCUS TRIBUNE العربية
ACTUALITES
SPORT
ECONOMIE
POLITIQUE
MONDE
FOCUS
العربية

 

Brahim bakar sneiba news rim« Que votre excellence ne se mette en colère et qu’elle considère du moins que je vous mets en garde par rapport à une administration prompte à faire chaque fois deux pas en arrière quand vous faites un pas en avant. »

Rien y fait apparemment, nous serions les damnés de la Terre. Quoi que l’on fasse, les retraités de Forces Armées et de Sécurité semblent charrier dans les miasmes de l’incertitude.
La dernière mesure allant dans le sens du-bien-être des retraités est l’augmentation de la pension ; dont l’effet a été annihilé par la montée fulgurante des prix des denrées de première nécessité. Cela est compréhensible, tant il est vrai que le contexte économique mondial dicte ses contraintes, mais le règne des commerçants sans état d’âme persiste manifestement.
Dans un discours de campagne devant les retraitées des Forces Armées, le candidat Mohamed Cheikh Alghazouani avait dit que la MSP (Mauritanienne de Sécurité Privée) ne doit pas être la seule structure sociale pour l’aide aux retraités.
Depuis lors, aucun organisme social n’a vu le jour et les initiatives prises en ce sens, continuent à fonctionner par leurs propres efforts. A titre d’exemple la Fondation ISNAD, qui a réalisé une structure médicale, où une dizaines de médecins militaires en retraite et une mahadra pour les fils des retraités des FAS, continue de faire quasiment cavalier seul.
Mis à part un geste de la première dame devant être suivi de plus d’engagement , et une aide de l’ambassade d’Allemagne, on est dans l’expectative. Je crois que le Président doit faire un coup de barre pour ne pas voir le premier employeur des retraites des FAS sombrer dans la faillite. Pour parer au plus pressé, il faut que le Ministère des finances trouve les moyens de ne plus trainer le payement de la MSP et que la SNIM ne soit plus mauvais payeur. Elle aussi.
Que votre excellence ne se mette en colère et qu’elle considère du moins que je vous mets en garde par rapport à une administration prompte à faire chaque fois deux pas en arrière quand vous faites un pas en avant.
Brahim Bakar Sneiba