ACTUALITES SPORT ECONOMIE POLITIQUE MONDE FOCUS TRIBUNE العربية
ACTUALITES
SPORT
ECONOMIE
POLITIQUE
MONDE
FOCUS
العربية

 

La Fifa tient au candidat Sud-africain

 

Selon des sources proches des candidats à l’élection à la présidence de la Confédération africaine de football, la Fifa presserait trois des prétendants à se ranger derrière le Sud-Africain Patrice Motsepe. La bataille pour le poste de président de la Confédération africaine de football (CAF) aura-t-elle finalement lieu ? Rien n’est moins sûr. Selon des sources proches des candidats qui se sont confiées à l’AFP, la Fifa presserait trois des prétendants à se ranger derrière le quatrième, le Sud-Africain Patrice Motsepe, avant le scrutin du 12 mars.

La bataille pour le poste de président de la Confédération africaine de football (CAF) aura-t-elle finalement lieu ? Rien n’est moins sûr. Selon des sources proches des candidats qui se sont confiées à l’AFP, la Fifa presserait trois des prétendants à se ranger derrière le quatrième, le Sud-Africain Patrice Motsepe, avant le scrutin du 12 mars.

La Confédération africaine de football a en effet été secouée. Le président sortant, le Malgache Ahmad Ahmad, a été suspendu cinq ans par la Fifa en novembre pour soupçons de corruption. Pour de nombreux observateurs, il a chuté quand il a essayé de s’émanciper de la Fifa et de sa secrétaire générale, Fatma Samoura, qui a mené une mission de six mois à la tête de la CAF pour y mettre de l’ordre.
Le choix de Motsepe, milliardaire très occupé, fait craindre à certains que Fatma Samoura ne devienne la dirigeante effective de la CAF.
« Motsepe a le plus mauvais profil des quatre, ce serait une marionnette », assure à l’AFP Bacary Cissé, patron de l’hebdomadaire sportif du Sénégal Record. « La Fifa veut le parachuter sur le foot africain ».

Décision ce week-end

La décision autour du maintien ou non de chaque candidature n’est pas encore prise, chaque candidat ayant quitté le Maroc pour rentrer dans son pays et discuter avec les autorités. Ils doivent se retrouver le week-end prochain à Nouakchott (Mauritanie) lors de la finale de la CAN-U20, pour arrêter un choix.
Pour une source ivoirienne, ce « pacte de Rabat » est un jeu de dupes. « On met des gens dans une pièce, dans un territoire hostile, en leur demandant de prendre une décision, alors ils répondent oui, puis ils rentrent chez eux », explique-t-on. « Mais on va attendre leur retour et qu’ils fassent une déclaration, parce que ce qui a été dit là-bas est caduc, c’est du chantage. »

Si Senghor et Yahya semblent près de céder, selon des sources concordantes, Jacques Anouma pourrait partir seul contre Motsepe.
Le président ivoirien, Alassane Ouattara, ne s’est pas encore prononcé, mais il a débloqué 15 millions d’euros pour la campagne de son compatriote et pourrait choisir de jouer le scrutin.

Une CAF indépendante ou sous la coupe de la Fifa ?

L’élection prendrait alors une nouvelle tournure, d’un match à quatre à un duel : Motsepe, le choix de la Fifa, contre Anouma, le choix d’une CAF jalouse de son indépendance.
Ce « pacte de Rabat » s’est esquissé dans un hôtel de luxe de la capitale marocaine. Comme dans un film d’espionnage. Les trois candidats ouest-africains avaient rendez-vous là-bas le week-end dernier pour trouver un consensus, à l’invitation du président de la fédération marocaine, Fouzi Lekjaa.

Le président de la Fédération égyptienne, Amr El Ganainy, et des diplomates marocains étaient également présents, selon plusieurs participants, ainsi que deux envoyés spéciaux d’Infantino, le Congolais (RDC) Véron Mosengo-Omba, directeur des associations de la Fifa, et le Suédois Mathias Grafström, vice-secrétaire général.

En Afrique, on redoute qu’une marionnette de la Fifa se retrouve sur le trône de la CAF, plutôt qu’un vrai président panafricain.
« L’Afrique est le terrain de jeu de la Fifa avec la complicité de certains Africains », regrette Thierry Roland Enom, un des dirigeants de la Fédération camerounaise.

Un match à quatre qui deviendrait un duel ? Selon ces sources, Augustin Senghor (Sénégal) et Ahmed Yahya (Mauritanie) seraient prêts à accepter la proposition de la Fédération internationale de football : s’ils renoncent à se présenter au profit du milliardaire sud-africain, soutenu par Gianni Infantino, le président de la Fifa, ils seront 1er et 2e vice-présidents.

Jacques Anouma (Côte d’Ivoire), le quatrième candidat, se verrait proposer un poste de conseiller du président.

Contactée par l’AFP, la Fifa n’avait pas réagi, lundi en milieu d’après-midi.

Un candidat et un programme commun

« L’idée de la Fifa est de mettre ensemble les quatre candidats, sous l’égide du Maroc, pour qu’ils se mettent d’accord pour un programme commun, et désigner parmi eux un seul candidat », explique un conseiller de l’un d’entre eux.

« Motsepe a la préférence de la Fifa, qui veut quelqu’un de nouveau, pas impliqué dans l’ancienne direction, pour attirer les nouveaux sponsors, les investisseurs et donner une plus belle image de la CAF après tout ce qui s’est passé », poursuit cette source.

Source france24

 

 

Présidence de la Caf.

 

Sortir avec une position unifiée était l’un des points essentiels de la réunion des quatre candidats à la présidence de la CAF (Ahmed Yayha, Mosepe, Senghor
Sur une proposition initiée par le président de la fédération marocaine de football les candidats se sont mis d’accord sur le partage: a été mise sur la table des discussions : La présidence de la CAF au Sud-africain Mosepe, les postes de 1 et 2ème vice-présidents à Augustin Senghor et Ahmed Yahya et le poste de Conseiller Spécial à Jacques Anouma. Bien entendu rien de définitif et les élections restent ouvertes même s’il est prévu un second rencontre à Nouakchott où les quatre candidats à l’occasion de la finale de la CAN U20. Ils seront aussi en présence d’autres présidents de fédérations qui dans leur majorité prônent pour le 12 mars des élections consensuelles.

Source Mohamed Feily

La CAN peut débuter, notre pays est prêt !

                           Notre pays s’apprête à accueillir et organiser une compétition la Coupe d’Afrique des moins de 20 ans, pour la première fois de son histoire,. Un double défi, tant sur le plan de l’organisation que sur le plan sportif. Une première qui n’a pas été facile et qui résulte d’un travail acharné du gouvernement et de la fédération mauritanienne de football depuis 2011.

Deux villes, Nouakchott et Nouadhibou avec trois stades Complexe du Stade Olympique, Feu Cheikha Boïdiya le stade municipal de Nouadhibou) accueilleront la phase finale de la CAN des U20. Des stades rénovés et nettoyés sont prêts et les hôtels sélectionnés pour répondre aux exigences de la CAF. La commission d’organisation présidée par le Ministre de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports travaille d’arrache-pied pour assurer la réussite de l’évènement et l’aspect sécuritaire prend une grande partie. La Mauritanie tient son événement et veut la réussir. Les plus hautes autorités de l’Etat suivent la préparation et répondent aux demandes de la commission d’organisation..

Il faut dire que c’est la première fois que la compétition se jouera à 12 équipes. Pour l’heure, les matchs se dérouleront à huis-clos, mais tout reste possible surtout si les jeunes Mourabitounes parviennent à passer le premier tour. C’est en tous cas le souhait de tous les Mauritaniens qui raffolent de football et qui convergent tous les jours au siège de la Commission d’organisation pour espérer la bonne nouvelle. « Nous sommes heureux de constater que notre pays a la capacité d’organiser ce genre de compétition », dit un jeune supporter venu aux entraînements des jeunes Mourabitounes qui suscitent un engouement populaire.
La Mauritanie est véritablement devenue une destination prisée pour le football. Pourtant, il y a dix ans, personne n’aurait parié que notre pays est capable de réaliser un pareil challenge. Cette réussite, que l’on veuille ou non, on la doit au travail réalisé par la Fédération Mauritanienne de football et son Président Monsieur Ahmed Yahya.

Elu en 2011 pour un premier mandat, il a réussi à moderniser la Fédération et à mettre sur les rails l’organisation du football : Championnats réguliers, mise en place des équipes nationales dans les différentes catégories, participation aux compétitions continentales, etc. Un travail qui a instauré la confiance de l’Etat et des instances du football (CAF et FIFA). Au finish, participation à deux CHANs, une CAN (2019 en Egypte) et aujourd’hui l’organisation de la compétition des U20 en Mauritanie.
Donc quel que soit le résultat du scrutin du 12 mars 2021 au Maroc, jour de l’assemblée générale élective pour la présidence de la Confédération Africaine de Football, Monsieur Ahmed Ould Yahya aura réussi à amener l’organisation d’une compétition majeure qui va braquer les projecteurs sur le pays durant trois semaines.
Maintenant si les jeunes Mourabitounes réussissent à gagner, c’est une autre histoire.

Mohamed Feily